Accueil > Développement humain durable > Anticipation > Le plan de relance en Ardèche

Le plan de relance en Ardèche

mardi 6 avril 2021
Par Jacques Perrat

Les dossiers retenus pour le département (à jour fin avril 2021)

Pour l’instant, l’usine IVECO d’Annonay ne semble pas avoir de problèmes. Le groupe prévoit la fin du diésel et mise sur le gaz, ses développements dans l’électrique étant plus lents.

Les projets retenus dans le plan de relance concernent les équipementiers et sous-traitants de la filière automobile :
Porcher à St-Julien-St Alban (dossier non précisé).
Fichet (produits en caoutchouc) à Davézieux : modernisation et innovation (utilisation de matières recyclées).
STS Composites, Saint Désirat (07), Félines (07), Tournon sur Rhône (07), équipementier de rang 1 pour le poids lourd et rang 2 pour l’automobile (pièces en matières plastiques et composites pour carrosseries et aménagements intérieurs). Le projet est de concevoir un module de face avant pour les camions « grands routiers » qui sera modulaire et optimisé en performance aérodynamique et en poids afin de réduire les émissions de CO2.

Un projet concerne la filière aéronautique : Frégate Aéro (pièces de tôlerie) à La Voulte : projet de concentration des activités pour hélicoptères sur le site et modernisation (impression 3D, numérisation…).

La rubrique Territoires d’Industrie a retenu les projets de Perrier et de Altesse à Le Cheylard.

Aguettant à Champagne (et Lyon) est retenu pour 7 nouveaux médicaments, augmentation de production, extension de bâtiments (+ 75 emplois).

Altesse à Le Cheylard, est le leader français de la fabrication et de la distribution de bijoux en argent, plaqué or, doré et argenté. La société conçoit, fabrique dans ses ateliers ardéchois et commercialise ses marques propres Les Georgettes et Saunier. Dans un contexte de hausse des prix des métaux précieux et de variations importantes des volumes sur certains produits, l’entreprise souhaite accélérer le déploiement d’un modèle industriel plus efficient permettant de redynamiser la production en France face à la concurrence. Le projet consiste en la modernisation d’une ligne de galvanoplastie permettant de diminuer l’impact de l’envolée des cours des métaux précieux. L’entreprise prévoit de préserver ses emplois. Investissement global prévu : 1,2 M€ d’ici 2022.

Etablissement Perrier, à Le Cheylard. La société a été fondée en 1962 par René PERRIER qui fabriqua sa 1ère machine pour la source d’Arcens. Initialement conçue pour l’homogénéisation de la limonade en bouteilles, cette machine répondait aussi aux besoins des maisons champenoises qui lui ont réservé un très bel accueil. Aujourd’hui encore le champagne reste une des spécialités de la PME. La forte évolution du marché des bouteilles en verre perdu dans les années 60 pousse PERRIER à concevoir de nouvelles machines, rinceuses, insuffleuses avec prise de la bouteille par son col. PERRIER devient alors le spécialiste du nettoyage de contenants L’investissement dans 4 machines de dernières générations, outre les gains de productivité qu’elles vont générer, permettra de maintenir une attractivité sur certains métiers (notamment Tourneur/Fraiseur) pour les jeunes salariés et nos apprentis. Ces machines à commande numérique, beaucoup plus modernes, favoriseront le maintien en poste de nos jeunes usineurs et l’attractivité des Ets PERRIER pour nos futurs personnels. L’entreprise prévoit de préserver ses emplois. Investissement global prévu : 543 k€