Accueil > Le Comité Régional > Les conférences régionales > Conférence régionale des Unions Locales des 2 et 3 mars 2016 > Conférence des Unions Locales des 2 et 3 mars 2016 : Pour vivre et se (...)

Conférence des Unions Locales des 2 et 3 mars 2016 : Pour vivre et se développer, comment une UL travaille avec les syndicats, les professions, les élus et les mandatés ? Comment donner envie de s’impliquer dans l’activité de l’UL ?

mardi 19 avril 2016
Par Karine Guichard

Un préalable : la connaissance des bases

La question de la connaissance des syndicats et des élus est centrale. Dans le rendu des questionnaires, il est apparu qu’un grand nombre d’unions locales n’ont pas une connaissance parfaite des bases sur leur périmètre.

L’outil cogitiel sert à se connaitre, avec certains bémols : est-il correctement renseigné ? Est-il adapté à nos besoins ? Le rôle du secteur « orga » est primordial pour l’activité, en effet nous avons besoin d’avoir une connaissance des forces organisées pour créer une animation sur le territoire.

Autre point important : les contacts et rencontres. Le plan de visite des syndicats participe de cette dynamique, s’inviter pour recréer du lien et du contact.

L’union locale lieu de ressource pour les syndicats

On peut s’interroger sur la perception par les syndicats de l’union locale, et notamment les plus gros syndicats qui sont relativement autonomes dans leur fonctionnement. L’union locale n’est pas toujours perçue comme un outil utile pour les syndicats ?


L’union locale, par la mise en relation entre profession et territoire sur un enjeu commun, peut croiser les réflexions. Elle se transforme en lieu d’utilité et d’efficacité pour les syndicats.

Le rôle également de l’union locale est d’outiller les élus et mandatés, à travers la formation syndicale 1er niveau, DP/DS. C’est un moyen également pour tisser des liens. On peut également s’interroger sur le lien entre les conseillers des salariés et l’activité. Comment faisons nous ce lien ?

Prioriser le contact humain

Les nouvelles technologies nous poussent à croire qu’envoyer des mails suffit à garder le lien. Mais on s’aperçoit qu’ils ne suffisent pas, téléphoner, se rencontrer physiquement, c’est aussi voire plus important.

Il faut prendre des initiatives de convivialité dans l’ul. La société capitaliste est lourde et pesante, nous sommes confrontés à des situations compliquées dans les entreprises et les administrations, à la souffrance des salariés, faire des Unions locales un lieu de chaleur où les camarades sont contents de se retrouver.

Lorsque les animateurs de l’UL sont présents dans les luttes locales, cela peut donner envie aux camarades de venir s’impliquer, la fraternité et la convivialité donnent envie.

Il ne faut pas non plus se dissimuler les difficultés dans certaines ul, où plus personne n’est présent. Dans ce cas là une interrogation sur l’implantation et le périmètre peut permettre une nouvelle implication.